• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une conversation téléphonique

Une conversation téléphonique - Joann Bolduc

Aujourd’hui, je discutais avec une de mes meilleures amies. Nous parlions de tout et de rien, comme à notre habitude. Elle me racontait sa vie à Montréal, les nouvelles personnes qu’elle a rencontré, les lieux qu’elle est allée visiter et comment se passent ses cours dans son université partenaire. Je suis toujours ravie de discuter avec elle et qu’on soit restées si proches malgré la distance et le temps qu’on passe séparées. Quand on s’appelle, je sais qu’on va discuter pendant des heures. Aujourd’hui et plus que d’habitude, nous avions énormément de choses à nous raconter. Nous parlons de nos histoires personnelles. Sa sœur, Laurianne, est de retour d’un an à Mendoza en Argentine. Là bas, et on ne sait pourquoi, elle a commencé à avoir des plaques rouges sur les joues, comme son père, Jean-Luc. Elle est donc, tout de suite, allée voir la dermatologue en rentrant au Canada. Il semblerait qu’elle ait la couperose. Cela la gêne beaucoup, elle ne se sent pas bien dans sa peau, pense beaucoup au regard des autres et pense qu’il faut qu’elle trouve un moyen de le faire disparaître. Malgré tout, la dermatologue lui a dit qu’une des façons de le faire disparaître est de faire des séances de laser. Son père s’y oppose fortement, il pense que cela ne va pas marcher et que les rayons sont dangereux pour la peau et a trop peur pour sa santé. De plus, il tente de la rassurer en lui disant qu’elle est très jolie comme elle est et que personne ne va remarquer ces petites rougeurs. Il semblerait que Laurianne ne soit pas de son avis, et que bien qu’Adeline ne soit pas chez elle, les tensions présentes au sein de sa famille semblent un peu la perturber.

Je connais bien sa famille, ses parents ont toujours été adorables avec moi et sont comme ma famille. Petites, Adeline et moi étions toujours ensemble et ses parents me gardaient souvent. Je me souviens des moments qu’on passait à faire des bêtises ensemble. Lorsque ses parents découvraient nos bêtises, je me faisais autant gronder qu’Adeline. Maintenant, nous avons bien grandi et cette période est derrière nous. Malgré tout, je passe souvent leur rendre visite et je les appelle de temps en temps pour avoir de leurs nouvelles. Suite à notre conversation téléphonique, j’ai décidé d’aller boire un verre avec Laurianne afin de lui remonter le moral et d’essayer de la rassurer.

À propos de l’auteur :

author

Si pour certaines l’écriture est une corvée, pour moi c’est une nécessite. En plus de rédiger des nouvelles que je partage à ma famille et mes amis proches - on verra bien quand j’aurai le courage nécessaire de les diffuser sur ce blogue - je blogue aussi régulièrement. Et il faut le dire, j’aime proposer du contenu un peu à la manière d’un magazine : voilà pourquoi je traite de plusieurs types de sujets. J’y jase donc d’esthétisme, du monde des affaires, d’événements, de restaurants etc. Bref, c’est frais, diversifié et ça surprend (du mois je pense!). Bien contente de vous compter comme lecteur. À bientôt!