• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Pour plus d'intimité

Pour plus d'intimité - Joann Bolduc

Mes voisins avaient fait installer une haie qui les protégeait du vent et du regard de ceux qui étaient les plus près de chez eux. Un mélange de prunelliers, forsythias, laurier cerise, rosiers était mis en ligne et les floraisons se succédaient toute l’année. Je tentais d’imiter cet assortiment d’arbustes que je trouvais joli et pratique. Ma sœur, qui était à ce moment, à la recherche d’un emploi infirmiere, est très intéressée par les plantes. Je l’appelais pour avoir quelques conseils. Elle fut ravie de pouvoir me donner son avis. Pour commencer, je devais prévoir une distance suffisante entre chaque arbre. L’orientation de la haie avait aussi son importance, car elle m’apprit que certains arbustes, comme les rosiers, devaient être mis au soleil pour être bien fleuris. D’autres, comme les forsythias, se satisfaisaient de toutes les conditions. Embellir cet assortiment en mettant des plantes vivaces aux pieds des arbustes, tel était le conseil suivant que ma sœur me donna.

Ensuite, je fis un dessin avec l’emplacement exact de chaque végétal d’inscrit clairement dessus. Je le présentais à ma sœur qui fit quelques rectifications et qui me le rendit. Elle me préconisait l’usage de certaines plantes rampantes, comme des campanules des murailles, de bulbes dont les fleurs accompagneraient la floraison du forsythia, de plantes grimpantes, comme des clématites ou des pois de senteur. Quand la haie ne serait pas fleurie, les lianes sortiraient leurs inflorescences. Certaines clématites remontent même au mois de septembre, parfois en abondance, comme la clématite chou qui est double, en mai et juin, puis dont les sépales s’ordonnent simplement, en septembre. Les coloris de ces plantes étaient magnifiques et je voulais en mettre des violettes.

Pour que je puisse planter en toute sérénité mes arbustes, c’est-à-dire pour être sûr qu’ils s’enracinent correctement, je les mis en place à la fin du mois d’octobre. J’avais praliné les racines, en les plongeant dans un mélange de fumier et d’eau douce, et j’avais ajouté du compost mûr dans le trou de plantation. Creuser le tour de mon jardin me prit un mois. Chaque weekend, je me mettais à l’ouvrage et j’avançais. Au fur et à mesure, je plantais les arbustes que j’avais eus en promotion sur Internet. Comme tous les jardiniers le savent, je ne pus profiter de ma haie que plusieurs mois plus tard, quand les beaux jours revinrent. Depuis que je l’ai, je constate qu’elle est de plus en plus fournie, chaque année, et de plus en plus fleurie.

À propos de l’auteur :

author

Si pour certaines l’écriture est une corvée, pour moi c’est une nécessite. En plus de rédiger des nouvelles que je partage à ma famille et mes amis proches - on verra bien quand j’aurai le courage nécessaire de les diffuser sur ce blogue - je blogue aussi régulièrement. Et il faut le dire, j’aime proposer du contenu un peu à la manière d’un magazine : voilà pourquoi je traite de plusieurs types de sujets. J’y jase donc d’esthétisme, du monde des affaires, d’événements, de restaurants etc. Bref, c’est frais, diversifié et ça surprend (du mois je pense!). Bien contente de vous compter comme lecteur. À bientôt!