• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Les lettres

Les lettres - Joann Bolduc

Ma mère vient de décéder. Pourtant, je n'ai pas trop le temps de faire le deuil pour l'instant. En plus de mon travail dans une Entreprise construction, il faut que je m'occupe de vider la maison et de remplir la paperasse. Vous savez, quelqu'un m'a dit une fois que les trois choses les plus stressantes sont les suivantes : un décès, un divorce et un déménagement. Je pense que cela est vrai pour le décès et pour le déménagement. Quant au divorce, heureusement, je n'ai pas de l'expérience, et j'espère ne jamais l'avoir.

Bon, l'histoire est que je me suis rendu chez ma mère hier, et j'ai commencé à caser ses affaires dans des boîtes en carton. Ainsi, j'ai trouvé quelque chose qui m'a laissé bloqué pendant quelques secondes, tout simplement un grand sachet en plastique avec des lettres, mais de très vieilles lettres ! Ma mère les gardait comme un trésor. En fait, ces lettres étaient son trésor ! Originalement, elles appartenaient à son arrière-grand-mère (ou son arrière-arrière, je ne me rappelle plus). Cette demoiselle s'appelait Emma McCallum, elle était Écossaise et elle a été la dame de compagnie d'une princesse d'Angleterre au XIXe siècle. « Lady-in-waiting » plus exactement. Selon ma mère, celle-ci était une des quatre catégories. Elle adorait tout ça ma mère ! 

Ce sont des lettres d'amour d'un comte avec lequel Emma McCallum (appelons-là par son nom) a eu une romance. Toujours selon le récit de ma mère (en fait, elle a fait des recherches bien approfondies sur Internet), ce comte était un militaire, et il passait des mois et des mois à l'étranger avec l'armée. Voilà pourquoi il lui écrivait autant de lettres. Finalement, le mariage ne s'est jamais concrétisé, parce que le futur mari d'Emma a été mortellement blessé en France, à l'occasion d'un combat. Le temps a passé, et elle s'est mariée avec quelqu'un d'autre de la noblesse, mais ce comte est resté son grand-amour. Voilà pourquoi elle a bien gardé ces lettres, lesquelles ont ensuite été héritées d'une génération à l'autre. 

Ma mère a aussi su qu'Emma McCallum a été la dernière dame de compagnie d'une dynastie, disons. Je crois que ce sont ces enfants qui ont émigré au Canada. Voilà un peu pourquoi cette demoiselle est restée comme une légende de laquelle tout le monde parle dans ma famille. 

Pendant que je continuais à ramasser les affaires de ma mère, je me suis souvenu qu'elle avait un portrait d'Emma McCallum dans son dortoir. Il était toujours là, accroché sur le mur. Je l'ai fixé du regard pendant un instant, et j'ai eu l'impression de voir ma mère dans ce portrait.

À propos de l’auteur :

author

Si pour certaines l’écriture est une corvée, pour moi c’est une nécessite. En plus de rédiger des nouvelles que je partage à ma famille et mes amis proches - on verra bien quand j’aurai le courage nécessaire de les diffuser sur ce blogue - je blogue aussi régulièrement. Et il faut le dire, j’aime proposer du contenu un peu à la manière d’un magazine : voilà pourquoi je traite de plusieurs types de sujets. J’y jase donc d’esthétisme, du monde des affaires, d’événements, de restaurants etc. Bref, c’est frais, diversifié et ça surprend (du mois je pense!). Bien contente de vous compter comme lecteur. À bientôt!