• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Incapable d'arrêter de lire

Incapable d'arrêter de lire - Joann Bolduc

Pris dans ma lecture d’un roman policier que je venais juste de commencer, je n’avais pas vu que l’heure était très tardive, et que je devais aller me coucher. Je passais encore un peu de temps en compagnie des héros de ce roman palpitant, au suspens insoutenable, à l’ambiance prenante. Dans le livre que j’avais entre les mains, un homme croisait dans une rue une femme, et il pensait reconnaître en elle sa sœur, disparue lors de sa jeunesse. Sûr de son fait, il suivait la jeune femme, discrètement, et il assiste, impuissant, à son assassinat. Il commencera alors une enquête pour connaître l’identité réelle de la jeune femme. L’intrigue se nouait autour de cette femme, qui était peut-être la sœur de l’enquêteur, ou peut-être pas ; chaque ligne semblait rapprocher le lecteur de la vérité, mais les rebondissements l’entraînaient toujours plus loin.

Je voulais savoir si le tueur avait été un ami de la victime, comme le pensait l’homme qui menait les investigations ; je vis qu’une heure de plus était passée, et je me mis à bâiller. Aller au lit, voilà ce qu’il me fallait. Je me levais, mais l’énigme présentée dans ce livre me taraudait, et j’avais beaucoup de peine à trouver le sommeil. Des questions se pressaient dans mon esprit, sur des détails qui m’apparaissaient seulement à présent. Dans ma lecture rapide, je n’avais pas pris de distance avec l’écrit alors que, dans mon lit, je reprenais un point de vue plus objectif. La serveuse du bar savait-elle que l’enquêteur était à la recherche de son amant ? Les parents de l’enquêteur lui avaient-ils dit toute la vérité sur la disparition de sa sœur aînée ?

Lorsque je me suis éveillée, le lendemain matin, le soleil était déjà haut dans le ciel. J’avais dormi jusque tard, contrairement à mon habitude, et j’étais pris par mes réflexions dès mon lever. Je regardais le réfrigérateur où une note m’informait, sur mon emploi du temps de la semaine prochaine, qu’une decontamination était prévue dans ma maison. Je me fis couler un café bien chaud et je repris, directement, le livre où je l’avais laissé. Les chapitres s’enchaînèrent et je finis le bouquin avant le moment où j’allais prendre mon repas de midi. Je restais quelques moments à regarder l’ouvrage qui m’avait tenu en haleine, mais que j’avais mis si peu de temps à lire. Définitivement, je devais aller dans la journée chez mon libraire pour lui prendre un autre ouvrage de cet auteur.

À propos de l’auteur :

author

Si pour certaines l’écriture est une corvée, pour moi c’est une nécessite. En plus de rédiger des nouvelles que je partage à ma famille et mes amis proches - on verra bien quand j’aurai le courage nécessaire de les diffuser sur ce blogue - je blogue aussi régulièrement. Et il faut le dire, j’aime proposer du contenu un peu à la manière d’un magazine : voilà pourquoi je traite de plusieurs types de sujets. J’y jase donc d’esthétisme, du monde des affaires, d’événements, de restaurants etc. Bref, c’est frais, diversifié et ça surprend (du mois je pense!). Bien contente de vous compter comme lecteur. À bientôt!